Sans titre1

Nous l’avons dit, les ciseaux ne peuvent couper que si les branches présentent une légère courbe. Or l’action même de coupe a pour effet de réduire peu à peu cette courbure ; il faudra la reprendre de temps à autre. Pour cela, on exerce une certaine pression au milieu de la branche. C’est en manipulant les ciseaux que l’on se rend compte si la courbure donnée est suffisante ou non.

Attention au moment d’exercer la pression : une pression excessive peut conduire à la fracture de l’acier, avec risque non négligeable de coupure pour l’ouvrier[1].

Les autres réglages

Les branches doivent glisser sans résistance l’une sur l’autre ; ce mouvement est contrarié par toute impureté qui vient se glisser sur le champ de l’une ou l’autre branche, et notamment au voisinage de la région de la vis. Bien nettoyer cette région (par exemple avec du papier « essuie-tout ». Puis mettre une goutte d’huile. Essuyer à nouveau, pour enlever le surplus d’huile. Vérifier que le mouvement s’exerce sans résistance. Si tel n’est pas le cas, recommencer.

Sans titre2

Sans titre3

Sans titre4

Conclusion

Ces opérations sont à conduire quotidiennement, parfois, si l’on coupe beaucoup, plusieurs fois par jour. Comme nous l’avons déjà dit, le temps ainsi passé n’est perdu qu’en apparence : des ciseaux bien réglés permettent de travailler plus vite, tout en économisant son effort ! Il n’y donc pas à hésiter !

[1] Même commentaire pour ce qui concerne les questions de courbure que celui lié au paragraphe précédent.

Share →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>