Dès le mois de mars, marquant la sortie de l’hiver, le métabolisme des animaux de compagnie change : activité sébacée, renouvellement du poil, etc. ce qui nécessite un entretien du pelage des animaux. 

Les animaux de compagnie et, singulièrement, les chiens, ont besoin d’être lavés régulièrement ce qui n’est pas à la portée de tout un chacun, surtout de personnes qui vivent seules et la contention des animaux est chose compliquée.

L’entretien du pelage, la tonte ou l’épilation des animaux de compagnie sont des actes qui nécessitent un apprentissage et une pratique professionnelle. Les poils sont souvent emmêlés et ces poils emmêlés tirent sur la peau, les animaux se grattent, sont susceptibles de se blesser en se grattant, favorisant ainsi l’enchevêtrement des poils, etc., ainsi que la survenance d’odeurs indésirables.

Certains soins peuvent s’avérer particulièrement indispensables : citons les traitements antiparasitaires permettant de limiter les infestations de puces et de tiques qui sont le vecteur de la Maladie de Lyme, l’entretien de certaines zones (contour des yeux, pavillons auriculaires, zones anale et urinaire, dessous de pavillons plantaires) ainsi que la coupe des ongles. 

L’abstention de soins serait constitutive de mauvais traitements envers un animal, infraction mentionnée aux articles L.521-1 et R.654-1 du Code pénal et réprimées dans les conditions prévues à l’article L.521-1 du Code pénal ou d l’article R.15-33-29-3 du Code de procédure pénale. Il en irait de même pour toute personne qui se rendrait complice de ces faits, ainsi que le stipule l’article 121-7 du Code pénal.

D’après un texte produit par le SYNAPSES, syndicat national des animaleries, http://www.syndicat-animaleries.orghttp://www.syndicat-animaleries.orgcontact@syndicat-animaleries.org, tel : 09 83 27 14 75

Share →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *