Tondre ou ne pas tondre, telle est la question que se posent aujourd’hui nombre de toiletteurs.

Les progrès des connaissances ne laisse en effet aucun doute : couper du poil, c’est nuire à l’animal.

La promotion du respect du pelage animal ne peut être qu’un œuvre collective !

Dans un billet précédent, nous avons montré comment on pouvait expliquer les effets incontournables d’une coupe sur une fourrure.

À partir de cette base, les Ateliers d’Audreco ont développé un flyers de quatre pages (en fait un A4 plié), que nous mettons à la disposition de la clientèle.

Ce flyers a été développé en couleur à l’aide des outils Vistaprint, avec une page de garde permettant à la clientèle une identification claire du point de vente.

Un travail de base que nous sommes prêts à partager et mettre à la disposition avec tout salon qui souhaiterait réaliser le même document à l’effigie de son entreprise.

Une solution alternative serait de concevoir un flyer collectif commun, et donc édité en plus ou moins grandes quantités, solution qui permettrait de réduire les coûts de manière spectaculaire !

La première page du flyer ferait par exemple apparaître les références des entreprises partageant le projet !

Si l’une ou l’autre de ces deux hypothèses de travail retenait votre attention, n’hésitez pas à nous le faire savoir : ateliers@audreco.com ! Ou encore téléphoner au 01 83 64 05 99 !

A bientôt peut-être !

Voir ici le flyer : 3617729401.Packaging !

Nota : vous voyez le document non plié : il se présente plié ! La première et quatrième page du document plié sur la première image, les pages intérieures sur la deuxième image.

 

Share →

2 Responses to Se regrouper contre les tontes !

  1. Petiteau Isabelle dit :

    Bonjour, votre connaissance sur le poil et la peau est erronée. Vous avez 1 thèse d’un jeune vétérinaire sur le web qui comblera vos lacunes ( Dr Thomas Cornet) . Et vous évitera de dire des bêtises concernant la coupe et la tonte.
    Bien cordialement Isabelle Petiteau

    • admin dit :

      Une thèse qui viendrait contredire ce qui relève du simple bon sens et de l’observation quotidienne ? Ce ne serait pas la première fois qu’un vétérinaire raconterait des sottises, les exemples abondent au contraire, à commencer par l’alimentation industrielle, largement recommandée et vendue par cette profession, et tant d’autres exemples…
      Mais de toute façon, je ne vois aucun intérêt à aborder une discussion avec des personnes qui font preuve de discourtoise.Je valide cependant votre message, pour que chacun puisse constater le niveau de réflexion de mes détracteurs.
      Pas du tout cordialement, Michel Georgel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *