Voilà, c’est l’été ! Et avec l’été, les départs en vacances. Bien sûr, les circonstances ont pour effet que les gens partent moins et moins longtemps. Mais à ce qu’il paraît, du moins, certains voyous n’en perdent pas pour autant une détestable tendance à l’abandon pur et simple de leurs animaux familiers.

Est-ce d’ailleurs aussi vrai que nos médias se complaisent à le répéter ? Pour ma part, je peine à comprendre comment on pourrait abandonner un chien ou un chat tatoué. Et comme il est interdit d’être le propriétaire d’un chien ou d’un chat qui ne le serait pas, le mystère pour moi reste entier.

Le discours officiel tant des médias que des pouvoirs publics est que les gens qui abandonnent agissent ainsi parce qu’ils ont adopté trop vite, et sans prendre toute la mesure de ce à quoi la possession d’un animal de compagnie allait les engager.

Ils ont adopté ou acheté sur un « coup de cœur » ! Et le cœur leur a enlevé la raison. Quand le temps de la raison revient, le cœur a disparu, et la tentation de l’abandon apparaît. La solution paraît simple : supprimons le coup de cœur, nous supprimerons les abandons de demain !

À cette fin, nos lois imposent aux éleveurs et aux vendeurs toute une batterie de dispositions : dans les magasins qui proposent des chiens ou des chats, ou tous les autres animaux de compagnie, un affichage doit faire apparaître la taille et le poids de l’adulte, son espérance de vie, le coût annuel de son entretien… Pour les éleveurs qui traitent directement avec des acheteurs particuliers, des obligations du même ordre ont été imaginées !

Le mot d’ordre est unanime : stop au coup de cœur !

S’il est tout à fait légitime d’inviter les gens à réfléchir avant d’agir, pour le coup de cœur, je serais beaucoup plus réservé : car la réalité est bien là, pas de coup de cœur, pas de décision d’achat ou d’adoption !

shutterstock_222553435

Si réellement on parvient à abolir les coups de cœur, comme les animaux de compagnie ne servent à rien, sinon à guérir, prévenir, ou alléger les maux de cœur, on verra tout simplement disparaître l’animal de compagnie. Et avec lui, disparaîtront aussi tous les bienfaits apportés par sa compagnie.

Et dans certaines campagnes, ou hier encore, le marcheur traversait les villages invariablement escorté d’aboiements divers, ce même marcheur va désormais dans le plus grand silence : c’est que les chiens, comme d’ailleurs les chats, y disparaissent peu à peu !

Prévenir ? Oui ! Mais prévenir d’une manière si négative qu’elle conduise à des hauts le cœur, supprimant toute chance de coup de cœur, non, non et non !

> Lire aussi:

Élevage : ouvrez les yeux de vos chiots et de vos chatons !

> Élevage : le secret des chiens et des chats heureux

 > Et si c’était le moment de dire oui à ses rêves ?

Créer son élevage canin ou félin avec la formation Audreco

Le saviez-vous ?

En créant gratuitement votre compte, vous pouvez bénéficier d’un accès à notre plate-forme de formation eLearning, où vous trouverez différents outils relatifs à l’entreprenariat dans le secteur des services aux animaux de compagnie : comptes d’exploitation prévisionnels, eBooks, etc.

creer-un-compte_210-50

Share →

One Response to Élevage : laisser sa chance au cœur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>