Tout le monde est d’accord là-dessus, un chien bien élevé ne doit jamais mordre qui que ce soit dans les conditions habituelles de la vie en société.

Mais pour autant, ne peut-on autoriser les « mordillages », qui ne sont pour l’animal qu’une forme de jeu, et que beaucoup de propriétaires acceptent, ou même souhaitent ?

Sachez que les avis divergent sur ce sujet. Il est certain qu’un chien resté suffisamment longtemps dans sa fratrie mesure parfaitement l’effet de sa dentition, et sait très bien distinguer la morsure légère de jeu qu’il pratiquait avec sa mère et avec les autres individus de sa portée, de la morsure sévère du combat.

Partant de là, certains auteurs estiment que ne jamais laisser le chien « mordiller » lui ferait perdre progressivement le sens de cette mesure ! Il faudrait donc inviter les chiens à mordiller pour leur permettre de garder en mémoire la mesure de la frontière entre l’acceptable et la vraie morsure.

Mais d’autres se montrent radicalement opposés à un tel point de vue. Ils affirment tout d’abord que l’inhibition à la morsure, acquise au cours de la période de socialisation, est définitive, et n’a donc nul besoin d’être entretenue, ce qui est vrai.

Ce que l’expérience montre, en tout cas, c’est que très souvent, et dans de nombreuses circonstances (par exemple pendant une séance de toilettage) le chien qui pense à mordre ne le fait pas directement : il commence par lécher. Si les léchages semblent tolérés, immanquablement, ils se transforment en mordillements, dont la force de serrage va aller en s’accentuant. Jusqu’à devenir une authentique morsure !

_DSC8142

Un processus qui peut être à la rigueur contrôlé par un adulte connaissant bien le chien. Mais ce ne sera absolument pas le cas, avec un enfant par exemple ! Là, ce qui n’est d’abord qu’un jeu est tout à fait susceptible de très mal finir.

shutterstock_104912129

Un processus négatif qui n’aurait aucune chance de se mettre en place si une fois pour toutes on avait établi l’interdiction de toute forme de mordillements, voire de léchages.

Sans doute un protocole que devrait sagement privilégier l’éducateur par rapport à sa clientèle !

Avec un argument qui plaide en ce sens : contrairement à l’opinion populaire, la salive des chiens est porteuse de nombreux germes, qui ne seront pas tous inoffensifs sur les peaux humaines…

Après, chaque client (chaque famille) agira comme bon lui semblera, mais devra assumer la responsabilité d’éventuels incidents…

Share →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>