Épilation du chien, stripping ou trimming : en quoi consiste l’épilation du chien ? Qu’est-ce qui distingue les deux techniques d’épilation ? Laquelle choisir ? 

Rappel 

Différence fondamentale avec la chevelure humaine, la fourrure animale est toujours constituée de deux sortes de poil. 

Ces poils ne diffèrent pas seulement par leur aspect. Ils jouent aussi des rôles fortement différents. 

Des poils plus longs, plus durs, plus résistants constituent le « poil de couverture » ou poil de jarre. 

En dessous de ce poil de couverture, des poils plus courts, plus fins, plus souples : c’est le sous-poil. Le sous-poil est gorgé de sébum. C’est à la fois un ensemble quasi imperméable, et un excellent isolant thermique. Il protège donc l’animal de l’eau et des écarts de température. 

Mais c’est aussi un ensemble relativement fragile, facilement agressé notamment par les frottements de l’environnement, ronces, branches, sol, pierres, roches…

C’est ici qu’intervient le poil de couverture, dont la mission exclusive est précisément d’assurer la protection du sous-poil. 

Conserver intactes les qualités du poil de couverture

Il est donc essentiel de conserver intactes les qualités respectives de ces deux sortes de poil. 

Un certain nombre de facteurs se révèlent de nature à leur porter plus ou moins gravement atteinte. 

Citons par exemple : 

  • Des bains trop longs,
  • L’eau chaude (destruction de la cuticule, couche supérieure du poil),
  • L’air chaud (idem),
  • Une castration (qui a pour effet de nuire au fonctionnement hormonal, ordonnateur de la pousse du poil),
  • Ou  plus simplement tout sectionnement, notamment du poil de couverture, par coupe ou pire, par tonte.

Chaque fois que l’on porte atteinte à la cuticule, on porte gravement atteinte à l’ensemble du poil. 

Longueur du poil

Le sous-poil a un cycle de vie relativement court. Il ne pousse jamais très long. Il se renouvelle très régulièrement. Le poil mort du sous-poil s’élimine par simple brossage, accompagné le cas échéant d’une finition avec un peigne fin. 

Il n’en va pas toujours de même pour le poil de couverture, qui pour de nombreuses races peut devenir long, voire très long, ce qui nuit au confort de l’animal autant qu’à son esthétique. 

Il faut donc raccourcir. 

Tout raccourcissement par tonte ou coupe étant formellement déconseillé, pour les raisons explicitées ci-dessus, il ne reste qu’une seule solution : l’épilation. 

Encore convient-il de s’entendre sur ce que l’on appelle épilation dans le cas du pelage animal. 

Pour cela, on ne peut faire l’économie d’aborder la question du « cycle pilaire ». 

Le cycle pilaire

Le cycle pilaire
Le cycle pilaire

On distingue trois périodes dans la vie d’un poil ! 

Pendant la seconde phase dite catagène, le poil se sépare de la papille, mais celle-ci reste reliée au follicule ; on peut sans doute épiler à ce moment, mais il n’y a aucune raison de le faire, et le risque de nuire n’est pas nul. 

La dernière phase est dite télogène : le poil n’est plus relié à la papille, mais seulement maintenu dans son « conduit », le follicule pileux. Il peut être épilé au cours de cette période, mais c’est le plus souvent dommage ou inutile. 

Ce n’est qu’à la fin de cette phase, ou mieux au début de la phase anagène du poil suivant, que l’épilation est justifiée. À ce moment, il est même souhaitable d’intervenir, car l’élimination du poil mort permet le développement du nouveau poil de remplacement. 

Fausse question

Une question souvent posée est : « Comment savoir si un poil est bien en fin de phase télogène ? » Mais si vous avez lu les lignes qui précèdent, vous connaissez la réponse ! 

Un poil en fin de phase télogène est tout juste maintenu dans le conduit de l’orifice pileux. Il en est extrait le plus facilement qu’on puisse imaginer, et cette extraction est totalement insensible pour l’animal. 

Si tel n’est pas le cas, il ne faut pas épiler. C’est aussi simple que cela. 

Épilation du chien, stripping ou trimming, qu’est-ce que le stripping ? 

La situation normale d’un pelage est donc d’être constituée de ses deux types de poils, les poils primaires au dessus, les poils secondaires en dessous.

La situation d’un pelage ne présentant que du poil secondaire ou sous-poil est donc une situation infirme, anormale et tout à fait dommageable pour l’animal. Pas de poil de couverture, pas de protection mécanique du sous-poil, qui ne peut plus remplir correctement son rôle. 

Un tel état peut d’ailleurs plaire à une clientèle mal informée, car le sous-poil est en effet doux, et agréable au toucher. Mais il faut expliquer : pas de poil de couverture, pas de protection. 

On appelle stripping le fait de pratiquer l’épilation totale du poil de couverture. 

Le stripping ne devrait se pratiquer que dans des cas tout à fait exceptionnels et bien délimités : cas d’un chien ayant été malade, par exemple. 

Si l’on a été obligé de pratiquer un stripping, on est contraint alors de prendre un certain nombre de précautions. En effet, plus de protection contre les chocs thermiques ! Le port d’un manteau, s’il fait froid, ou d’un imperméable, si le temps est humide, devient impératif. 

Épilation du chien, stripping ou trimming, qu’est-ce que le trimming ? 

Au contraire du stripping, le trimming consiste à ne retirer du pelage que la partie en phase télogène terminale. Un chien « trimmé » garde donc l’essentiel de son poil de couverture et un trimming intelligent permet de souligner ou de mettre en valeur les qualités du chien. 

Le trimming est donc la seule opération acceptable.

La conduite de l’entretien d’un chien par la méthode du trimming est simple dans son principe : on ménage en fait trois étages de poils de couverture, conformément au cycle primaire déjà décrit, et l’on n’épile jamais que le dernier étage.

Le trimming ne présente aucune difficulté particulière (et il est même la plus simple des techniques) si l’on adopte un geste juste de l’épilation.

Geste juste de l’épilation : un geste en trois temps. Un temps pour lever le poil, un temps pour choisir sa longueur, un temps pour épiler. Au contraire, les gestes d’épilation du type « épluchage » (malheureusement là aussi les plus souvent utilisés) rendent l’application d’un trimming illusoire ou impossible.

Cela dit, le trimming demande un certain savoir-faire, et même un peu d’habileté. L’incompétent préférera toujours le stripping. 

Pratique du geste de l'épilation
Pratique du geste de l’épilation

Épilation du chien, stripping ou trimming, c’est toujours le trimming qu’il faut préférer ! 

La seule bonne façon de traiter le poil animal est la pratique de trimmings discrets, mais réguliers. Cette technique vous garantit une fourrure au mieux de ses qualités de protection et d’esthétique ! 

Sur le même sujet, consulter cet article pour le grand public :

Voir aussi sujets similaires :

Pour en savoir plus

Epilation du chien : couvertures de livres traitant de ce sujet
Epilation du chien : on en parle dans ces ouvrages

Pour aller plus loin !

Tagged with →  
Share →

One Response to Épilation du chien, stripping ou trimming ?

  1. […] Épilation du chien, stripping ou trimming ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *