Un marché bien adapté à l’entrepreneur individuel, nous l’avons dit, mais pour autant est-ce un marché porteur ? C’est ce que je vous propose d’étudier à présent…

Le lamento des pleureuses

Nul doute que si vous posez cette question, vous serez tentés de vous renseigner auprès de professionnels en exercice : et vous aurez raison, ce qu’ils auront à vous dire peut-être très enrichissant.

En revanche, vous aurez raison quand vous les écouterez, mais vous aurez souvent tort… quand vous croirez ce qu’ils vous diront ! Expliquons-nous !

Il se peut tout d’abord que vos pas vous conduisent vers un type d’entreprise qu’un fournisseur de notre secteur professionnel appelle les « intermittents » du toilettage : je lui laisse la paternité de sa désignation. Vous les reconnaîtrez facilement : en général les plages d’ouverture sont étonnamment réduites, par exemple, on est fermé le mercredi, ainsi que les jours qui encadrent le dimanche…

sorryClosed

On le devine, les recettes de l’activité ne sont alors qu’un complément de revenus pour l’entrepreneur, et viennent en sus par exemple du salaire plus conséquent d’un conjoint.

C’est d’ailleurs là un choix personnel tout à fait légitime, il n’y a rien à y redire. Le problème, c’est qu’en général ce n’est pas ce qu’on vous dira. On vous expliquera tout au contraire qu’il ne s’agit pas d’un choix, mais d’une réponse appropriée à un marché peu généreux. On fera valoir, n’en doutez pas, qu’on ne pratique pas le toilettage pour « gagner sa vie », mais par « passion ». En somme, il s’agirait d’une activité essentiellement artistique, et très peu rémunératrice.

Va pour l’art, pensez-vous, mais si vous êtes comme moi, vous voulez aussi manger, et de préférence, tant qu’à faire, le moins mal possible…

Dans d’autres cas, vous n’aurez pas à douter de la réalité économique de l’entreprise observée : les chiens se pressent autour des tables de toilettage, l’entrepreneur paraît fort occupé, il est souvent assisté d’un ou de plusieurs salariés. L’avis d’une telle personne est sans doute à prendre beaucoup plus au sérieux.

Pas si sûr ! C’est que beaucoup de toiletteurs et de professionnels du chien n’ont pas encore compris que ce qui fait la surface d’un marché, c’est l’offre, tout autant que la demande. Évidemment, si le marché ne dépendait que de la demande, chaque nouvel acteur réduirait la part de tous les autres, le gâteau collectif étant dans ce cas réputé non extensible (mais cette manière de voir ne résiste pas à l’observation, qui systématiquement démontre le contraire : plus il y a d’acteurs, plus le gâteau grossit… après, bien sûr, ce qui est certain, c’est que les parts ne seront pas nécessairement égales…). Si votre interlocuteur partage ce point de vue, il n’aura pas deviné vos éventuelles intentions qu’il se sentira le désir le plus féroce de faire disparaître avant même qu’il ne naisse le risque de quelque concurrence que ce soit : vous pouvez dès lors deviner ce que l’on vous dira ! Le marché est saturé, mieux, il est en forte récession, il ne nourrit plus ses acteurs, il ne les a d’ailleurs jamais très bien fait vivre ! Et ce n’est pas tout ! Il y a les charges, qui ne cessent d’augmenter (ce qui est malheureusement vrai) ! Et les salariés, qu’on ne trouve pas, et qui ne veulent plus travailler ! Et les 35 heures ! Et que sais-je encore ?

Si vous sortez d’un tel entretien sans être complètement désespérés, c’est que vous m’aurez lu et que je vous aurais prévenu…

Bien sûr, par chance, vous pouvez aussi rencontrer des entrepreneurs lucides, qui connaissent cette réalité : l’offre précède toujours la demande, en dépit des apparences, plus il y a d’offre, plus il y a de demande, et toute concurrence est finalement bonne à prendre. De tels interlocuteurs ne viendront pas contredire ce que je vais démontrer à présent, mais ne rêvez pas, les chances pour vous d’en rencontrer ne sont pas si nombreuses…

toiletteuseAvecChien

La réalité en France

Et c’est réellement dommage, car voilà ce qu’elles ne manqueraient pas de vous dire, et que quelques clics sur le net vous confirmeraient :

  • le marché de l’animal de compagnie en France est en croissance depuis 20 ans,
  • la crise actuelle a ralenti, mais n’a pas stoppé cette croissance,
  • le secteur des services en rapport avec l’animal de compagnie ne cesse de se développer : le nombre de salons de toilettage a augmenté de 70 % en 20 ans,
  • le secteur du toilettage est numéro un pour le nombre de créations d’entreprises artisanales,

Les titres des articles annoncent les couleurs :

  • « le marché de l’animal de compagnie roucoule » (site Saniterpen), 24 juillet 2012
  • « le marché en or des animaux de compagnie » (capital.fr, http://goo.gl/45rxie), 8 février 2012
  • « le marché français de l’animalerie est toujours à potentiel et en croissance (http://goo.gl/imAZVx)
  • même la très sérieuse encyclopédie Wikipédia fait état de la croissance continue de ce marché (http://goo.gl/oGQTo7)…

Que voudriez-vous que votre modeste serviteur ajoutât de plus à tout cela ?…

D’après l’eBook « Métiers de Services aux Animaux de Compagnie« 

Métiers de services auprès des animaux de compagnie

 

Share →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>